Luang Prabang, Laos

Informations générales

Secrétariat régional

Statut administratif

Chef-lieu de la province de Luang Prabang.

Ville de Luang Prabang

Année d'inscription

1995

Fonction historique

Politique (capitale royale).

Lieu et site

Au centre nord du pays, dans une région montagneuse, Luang Prabang se situe au confluent du haut Mekong et d’un affluent de sa rive gauche, le Nam Khane, les deux cours d’eau délimitant une péninsule. Un mont sacré, le Phousi, domine le site.

Morphologie urbaine

Le noyau urbain, au centre de la péninsule, rassemble les fonctions politiques et religieuses. Á sa périphérie, habitations et commerces sont alignés sur les berges des deux cours d’eau selon la disposition traditionnelle des anciens villages. Une avenue principale, la « Promenade de la Péninsule », traverse cette péninsule dans le sens de la longueur (1 km). Un second axe croise le premier à sa base, formant le carrefour administratif colonial. Un rempart marque la limite de la ville ancienne.

Avec les résidences royales et aristocratiques, les monastères bouddhiques constituent l’élément essentiel de la ville historique : sanctuaires, that (stûpas), chapelles, bibliothèques, bonzeries et autres. Disposés dans de vastes jardins, ces ensembles se détachent par les immenses toits des santuaires recouverts de tuiles vernissées, par le blanc des parois, par le riche décor des boiseries. L’architecture domestique, en bois à l’origine, a su préserver, avec l’introduction de la brique à l’époque coloniale, l’apparence traditionnelle.

Critères d’inscription

«Luang Prabang représente de manière exceptionnelle la réussite de la fusion de structures architecturales et urbaines traditionnelles avec celle des dirigeants coloniaux européens des XIXe et XXe siècles. Son paysage urbain remarquablement bien conservé illustre une étape clé dans la combinaison de deux traditions culturelles distinctes» (II), (IV) et (V).

Repères historiques

  • En 1353, Fa Ngum, prince lao exilé à Angkor, fonde le royaume de Lan Xang; Xieng Tong, la future Luang Prabang, en est la capitale. Une principauté antérieure, vassale d’Angkor, fondée par les Lao venus de la Chine méridionale, avait aussi eu Xieng Tong pour capitale. Le bouddhisme Theravada, qui prend de l’ampleur, s’ajoute aux cultes locaux.
  • Devant la menace birmane, la capitale du royaume de Lan Xang est transférée à Vientiane à des fins stratégiques (1563); Xieng Tong prend le nom de Luang Prabang.
  • L’ordre et la prospérité caractérisent le règne de Suriya Vongsa (1637-1694). Sa succession déclenche une crise politique et la division du royaume en deux États royaux (Vientiane et Luang Prabang) et un État princier (Champassac); elle entraîne aussi de nombreux conflits extérieurs. Luang Prabang sera pillée en 1753, 1774 et 1791.
  • Sous une suzeraineté siamoise accrue (1836), la ville est par ailleurs dévastée par les « Pavillons noirs », restes de l’armée chinoise des Taiping, (1887-1893). Sa reconstruction et son rétablissement comme capitale religieuse et royale de l’État de Luang Prabang s’effectuent sous le roi, Sisavang Vong (1906-1947). Elle sera capitale jusqu’en 1946.
  • Après l’établissement du protectorat français (1893), la morphologie traditionnelle de la ville allie des principes d’urbanisme nouveaux (entre 1915 et 1925).

Photos

Contact

Mr. Bounnhong Soukanh

Secretary party & Mayor of Luang Prabang District
Luang Prabang District

(+856-71) 212 160
soukan.bng@gmail.com

Mr. Lueyang Sengthong

Deputy Director of Luang Prabang World Heritage Office
Luang Prabang District

(856) 20 55670677
tebchaw@yahoo.com

Mr. Saveuy Silavanh

Officer
Luang Prabang World Heritage Office

+856-71-212160
dpl.lpb.heritage@gmail.com