Gongju, République de Corée

Informations générales

Secrétariat régional

Statut administratif

Ville située dans la province du Chungcheong du Sud

Aires historiques de Baekje

Année d'inscription

2015

Fonction historique

Technologiques, religieux, culturels et artistiques

Lieu et site

Situé dans la région montagneuse du centre-ouest de la République de Corée, ce bien en série comprend huit sites archéologiques datant de 475-660 apr. J.-C : la forteresse Gongsanseong et les tombes royales de Songsan-ri liées à la capitale Ungjin (actuelle Gongju), la forteresse Busosanseong et les bâtiments administratifs Gwanbuk-ri, le temple Jeongnimsa, les tombes royales de Neungsan-ri  et les remparts de Naseong liés à la capitale Sabi (actuelle Buyeo), le palais royal de Wanggung-ri et le temple Mireuksa à Iksan, liés à la deuxième capitale Sabi. Ensemble, ils symbolisent la dernière période du royaume de Baekje –l’un des trois premiers royaumes de la péninsule coréenne (18 av. J.-C. à 660 apr. J.-C.)- au cours de laquelle existèrent des échanges technologiques, religieux (bouddhisme), culturels et artistiques considérables entre les anciens royaumes d’Asie de l’Est en Corée, en Chine et au Japon.

Critères d’inscription

Critère (ii) : Les sites archéologiques et l’architecture des aires historiques de Baekje témoignent des échanges entre les anciens royaumes d’Asie de l’Est en Corée, en Chine et au Japon en ce qui concerne le développement des techniques de construction et la diffusion du bouddhisme.

Critère (iii) : L’établissement des capitales, des temples bouddhistes et des tombes, les caractéristiques architecturales et les pagodes en pierre des aires historiques de Baekje contribuent à former un témoignage exceptionnel et unique sur la culture, la religion et l’art du royaume de Baekje.

Repères historiques

Situé dans la région montagneuse du centre-ouest de la République de Corée, les vestiges des trois capitales représentent collectivement la dernière période du royaume de Baekje alors qu’il atteint son apogée en termes de développement culturel impliquant des échanges fréquents avec les régions voisines. Le royaume de Baekje dura 700 ans, de 18 av. J.-C. à 660 apr. J.-C., et fut l’un des trois premiers royaumes de la péninsule coréenne. Le bien en série des aires historiques de Baekje comprend huit sites datant de 475-660 apr. J.-C, comprenant la forteresse Gongsanseong et les tombes royales de Songsan-ri liées à la capitale Ungjin (actuelle Gongju), le site archéologique de Gwanbuk-ri et la forteresse Busosanseong, le site du temple Jeongnimsa, les tombes royales de Neungsan-ri et les remparts de Naseong liés à la capitale Sabi (actuelle Buyeo), le site archéologique de Wanggung-ri et le site du temple Mireuksa à Iksan, liés à la deuxième capitale Sabi. L’ensemble de ces sites témoigne de l’adoption par Baekje des principes d’urbanisme, des technologies de construction, des arts et de la religion originaires de Chine ainsi que de leur raffinement par Baekje et leur transmission subséquente au Japon et à l’Asie de l’Est.

Sansa, monastères bouddhistes de montagne en Corée

Année d'inscription

2018

Fonction historique

Religieuse et spirituelle

Lieu et site

Les Sansa sont des monastères bouddhistes de montagne disséminés dans les provinces méridionales de la péninsule coréenne. L’aménagement spatial des sept temples qui composent le bien, fondés du VIIe au IXe siècle, présente des traits communs qui sont spécifiques à la Corée – le madang (cour ouverte) entouré de quatre bâtiments (salle du Bouddha, pavillon, salle de lecture et dortoir). Ils contiennent un grand nombre de structures, d’objets, de documents et de sanctuaires remarquables. Lieux sacrés, les monastères de montagne ont survécu jusqu’à nos jours en tant que centres religieux vivants, avec une pratique quotidienne de la foi.

La ville de Gongju possède sur son territoire le Temple Magoksa.

Critères d’inscription

Critère (iii) : Le bouddhisme a une longue histoire qui aura traversé nombre d’époques historiques dans la péninsule coréenne. Les sept monastères de montagne –Tongdosa, Buseoksa, Bongjeongsa, Beopjusa, Magoksa, Seonamsa et Daeheungsa– offrent une instanciation spécifiquement coréenne de la culture monastique bouddhiste du VIIe siècle jusqu’à nos jours. Ces monastères de montagne sont des lieux sacrés qui apportent un témoignage exceptionnel sur leurs longues traditions continues de la pratique spirituelle bouddhiste.

Repères historiques

Les Sansa comptent sept monastères bouddhistes de montagne – Tongdosa, Buseoksa, Bongjeongsa, Beopjusa, Magoksa, Seonamsa et Daeheungsa – disséminés à travers les provinces méridionales de la péninsule coréenne. Fondés entre le VIIe et le IXe siècle, les sept monastères ont été conçus comme des centres de croyance religieuse, de pratique spirituelle et de vie quotidienne de communautés monastiques qui illustrent l’évolution historique du bouddhisme coréen. Les Sansa ont accueilli en leur sein diverses écoles de pensée bouddhistes et croyances populaires, et bon nombre de leurs structures, salles, objets et documents historiques remarquables reflètent ces signes d’assimilation propres au bouddhisme coréen. La singularité des aspects immatériels et historiques du bouddhisme coréen est reconnaissable aux traditions continues de gestion autarcique des temples, d’instruction des moines et de coexistence de la pratique méditative et des études doctrinales du bouddhisme coréen de type seon. Ces monastères de montagne sont des lieux sacrés ayant survécu jusqu’à ce jour en tant que centres vivants de croyance et de pratiques religieuses malgré leur suppression sous la dynastie Joseon et les dommages causés par les guerres et les conflits au fil des années.

Contact

Mr. JeongSeup Kim

Mayor
Municipal government of Gongju

1 Bonghwangro
Gongju, Republic of Korea
32552

Ms. SuJeong Lee

City Official
Municipal government of Gongju

82-41-840-8693
lsj0507@korea.kr