Bridgetown, Barbade

Informations générales

Secrétariat régional

Aucun

Statut administratif

Capitale de la Barbade

Centre historique de Bridgetown et sa garnison

Année d'inscription

2011

Fonction historique

Militaire et commerciale

Lieu et site

Le centre historique de Bridgetown et sa garnison est un exemple exceptionnel de l’architecture coloniale britannique qui consiste en une vieille ville construite aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècle, qui témoigne de l’expansion de l’empire colonial britannique dans la zone atlantique. Le bien comprend également une garnison militaire située à proximité et composée de nombreux bâtiments historiques. Avec sa configuration de rues sinueuses, le bien témoigne d’une approche distincte des villes coloniales créées par les Espagnols ou les Néerlandais selon un plan en damier.

Morphologie urbaine

Le bien couvre une zone représentative de la disposition d’origine du centre historique et du port de Bridgetown ainsi que sa garnison, avec l’ensemble de ses composantes historiques. Ces deux éléments sont rattachés l’un à l’autre par une étroite portion de Bay Street, assurant la liaison urbaine entre la garnison, la ville et le port. La disposition organique des rues de Bridgetown reste conforme au tracé des voies et des routes du début du XVIIe siècle. La zone portuaire a été modifiée, mais conserve les traces de sa fonction historique. Hormis le chantier naval, la garnison a conservé la plupart de ses attributs physiques, illustration d’une période marquante du passé militaire colonial britannique. La voirie interne à la garnison n’a subi aucune modification, les murs d’enceinte sont à peu près intacts, les entrées vers le site s’effectuant toujours par les voies d’accès originelles.

Le tracé ancien des rues et ruelles sinueuses de Bridgetown, ainsi que celui des routes dans la garnison, ont gardé toute leur authenticité. Ces deux tracés ont été conservés malgré la transformation de la cité portuaire fortifiée maritime et mercantile en une ville tropicale contemporaine cosmopolite qui demeure la capitale et le centre national de l’île. Bien que plusieurs maisons historiques de Bridgetown aient été reconstruites ou restaurées, les bâtiments d’origine, dont certains se dégradent rapidement, sont encore très nombreux, contribuant à l’atmosphère de ville historique, et ils devraient être préservés.

Dans l’enceinte de la garnison, les constructions principales, c’est-à-dire les casernes et les bâtiments administratifs, conservent un haut degré d’authenticité et continuent de remplir les mêmes fonctions qu’à l’époque coloniale. Mais la capacité pour la garnison, dans son ensemble, de garder sa signification par rapport à sa fonction d’origine reste vulnérable et exige une protection constante.

Critères d’inscription

Critère (ii) : Le centre historique de Bridgetown et sa garnison ont joué un rôle central dans le développement des colonies anglaises du monde atlantique, servant de pivot pour la circulation des idées en matière administrative, commerciale, scientifique, culturelle et technologique et dans le domaine des communications au sein de l’Empire britannique. Si l’on peut dire de la garnison qu’elle a absorbé les concepts militaires européens, les diffusant à d’autres zones des Caraïbes, la stratification sociale de Bridgetown illustre les échanges qui sont intervenus entre plusieurs groupes professionnels, religieux et ethniques, aussi bien libres qu’asservis : rencontre culturelle qui donna naissance à la culture créole hybride des Caraïbes anglophones. Sans avoir entièrement renoncé aux usages européens ou africains, cette culture hybride perdure dans la manière dont l’espace urbain fonctionne actuellement.

Critère (iii) : Le centre historique de Bridgetown et sa garnison offrent un témoignage exceptionnel des activités commerciales et militaires coloniales britanniques dans les Caraïbes et les Amériques. Le centre historique a conservé pendant près de quatre siècles son empreinte originale, fondée sur le plan en rues sinueuses de l’Angleterre médiévale, témoignage exceptionnel du schéma urbain britannique en terre étrangère. La garnison Sainte-Anne et ses fortifications, qui protégeaient la ville et son port, représentent l’exemple le plus complet de garnison britannique des XVIIIe-XIXe siècles dans le monde atlantique. Le paysage urbain semi-planifié et intégré, avec sa puissante architecture en brique et sa collection d’entrepôts et de docks, est resté quasiment inchangé pendant deux siècles, et donne une excellente idée d’une période charnière de la puissance et de la culture impériales britanniques.

Critère (iv) : La garnison Sainte-Anne est le tout premier exemple de base navale et militaire britannique dans les Caraïbes, et son plan architectural, ainsi que sa composition urbaine, ont influencé la présence britannique ultérieure dans la région. La liaison entre le centre historique de Bridgetown et sa garnison est caractérisée par des éléments urbains et architecturaux illustrant les échanges constants entre intérêts commerciaux et militaires marquant l’évolution des fonctions dans l’espace colonial et postcolonial. Cela transparaît notamment dans une tension entre l’ordre militaire et l’ingéniosité économique, particulièrement manifeste dans le Screw Dock, structure exceptionnelle mais extrêmement vulnérable, et dans les entrepôts des XVIIIe-XIXe siècles, construits pour résister aux cyclones et autres périls du milieu tropical.

Repères historiques

En tant que l’une des premières villes pourvue d’un port fortifié du réseau caribéen des avant-postes militaires maritimes et commerciaux britanniques de l’Atlantique, le centre historique de Bridgetown et sa garnison furent le moteur de l’expansion commerciale anglaise dans les Amériques. Au XVIIe siècle, la cité portuaire fortifiée parvint à asseoir sa suprématie en développant le commerce britannique outre-Atlantique, et servit alors d’entrepôt pour les marchandises, notamment le sucre, mais aussi pour le transit des personnes réduites en esclavage envoyées à la Barbade et dans l’ensemble des Amériques.

Les modes de peuplement irréguliers de la ville historique de Bridgetown et le tracé de ses rues datant du XVIIe siècle, de type médiéval anglais, et en particulier le schéma organique de ses ruelles sinueuses, ont contribué à l’épanouissement et à la transformation de formes créolisées d’architecture, comme le style géorgien des Caraïbes.

Les espaces portuaires fortifiés de Bridgetown étaient reliés le long de Bay Street par un étroit passage menant du centre historique à la garnison Sainte-Anne. La baie de Carlisle, port naturel du bien et premier port d’escale de la traversée transatlantique, jouissait d’une position idéale pour servir de tremplin à la puissance impériale britannique, et pour défendre et développer les intérêts commerciaux de la Grande-Bretagne dans la région et le monde atlantique. Utilisée comme base de commandement et de contrôle amphibies, la garnison abritait le quartier général de l’armée et de la marine britanniques dans les Caraïbes orientales. Le centre historique de Bridgetown et sa garnison ont pris une part active non seulement au négoce international des marchandises et des esclaves, mais aussi à la transmission des idées et des cultures propres à l’expansion coloniale d’outre-Atlantique.

Contact

Ms. Deborah Payne

Permanent Secretary
Ministry of Creative Economy, Culture and Sports

Sky Mall Haggatt Hall, St. Michael
St. Michael, Barbados

2466212700
Deborah.payne@Barbados.gov.bb

Ms. Sheron Johnson

Focal Point For Historic Bridgetown and its Garrison
Ministry of Creative Industries , Culture and Sports

Sky Mall, Haggatt Hall, St. Michael
St. Michael, Barbados

2466212700
sheron.johnson@barbados.gov.bb

Mr. Steve Devonish

Chairman
Barbados World Heritage Committee (Bridgetown)

Sky Mall, Haggatt Hall, St. Michael
St. Michael, Barbados

2466212700
heritage.sdevonish@barbados.gov.bb heritage.sdevonish@barbados.gov.bb