Cordoue, Espagne

Informations générales

Secrétariat régional

Statut administratif

Chef-lieu de la province de Cordoue

Centre historique de Cordoue

Année d'inscription

1984

Fonction historique

Politique et culturelle

Lieu et site

Cordoue est située sur Guadalquivir, cette voie andalouse qui mène à l’Atlantique. Elle est à proximité de la sierra Morena et des cols qui donnent accès à la Meseta. Une riche plaine agricole s’étend tout près.

Morphologie urbaine

Le centre historique a conservé son plan médiéval au tracé irrégulier et aux rues étroites. Des places, promenades, pièces d’eau et jardins magnifiques sont intégrés au paysage de cette ville construite sur la rive d’un méandre. Le pont romain, qui a desservi de vastes régions au cours de l’histoire, marque toujours le point d’ancrage de la ville.

À l’armature de la ville s’ajoute une architecture domestique qui rappelle, elle aussi, la période mauresque. Parmi les maisons disposées autour de patios fermés par des grilles, se dressent des monuments qui témoignent du cours de l’histoire: romains (vestiges), mauresques (minarets et porte de l’Almodovar), juif (synagogue) et chrétiens (Alcazar reconstruit, Tour de Calahorra et nombre d’églises mudéjares et gothiques). La mosquée-cathédrale et le pont romain restent les principaux repères de ce paysage historique.

Critères d’inscription

Critère (i) : La Grande Mosquée de Cordoue, par ses dimensions et l’audace d’une élévation intérieure qui n’ont pas fait école, est une création artistique unique.

Critère (ii) : Bien qu’elle soit unique, la mosquée de Cordoue a exercé une influence considérable sur l’art musulman occiden­tal à partir du VIIIe siècle. Elle a également influencé le développement des styles « néo-mauresques » du XIXe siècle.

Critère (iii) : Le Centre historique de Cordoue est le témoin irremplaçable du califat de Cordoue (929-1031) qui fit de cette ville, où s’élevaient dit-on 300 moquées et d’innombrables palais, la rivale de Constantinople et de Bagdad.

Critère (iv) : C’est un exemple exceptionnel de l’architecture religieuse de l’Islam.

Repères historiques

  • Dès leur arrivée, les Romains érigent de solides fortifications. Au seuil de notre ère, Cordoue devient la capitale de la Bétique et la métropole de l’Andalousie romaine.
  • Lors de l’invasion des Wisigoths (572), Cordoue entre dans la dépendance de Tolède, capitale de l’Espagne unifiée.
  • Peu après l’invasion des Maures (711), elle est la capitale de l’Espagne musulmane. Abd-al-Rahman, dernier descendant des Umayyades de Damas, s’y établit et se proclame émir (756). La Grande Mosquée, son oeuvre essentielle, est le monument d’éclat de cette civilisation d’Orient en terre d’Espagne.
  • Cordoue, devenu califat, connaît un brillant apogée (Xe s.). La ville la plus peuplée d’Occident rivalise avec les très grandes capitales de l’Islam. On y compte 300 mosquées.
  • Le califat se morcelle politiquement (XIe s). Au siècle suivant, les Almoravides puis les Almohades, deux dynasties d’origine berbère, rétablissent la paix.
  • L’expulsion des Maures, par Ferdinand III (1236), et le rattachement de Cordoue au royaume chrétien de Castille entraîne un long déclin. Sous Charles Quint (XVe s.), la Grande mosquée, déjà adaptée au nouveau culte, est transformée en cathédrale.

Ville califale de Medina Azahara

Année d'inscription

2018

Fonction historique

Témoigne de la civilisation omeyyade et du développement de la civilisation islamique occidentale de l’Al-Andalus

Lieu et site

La ville califale de Medina Azahara est un site archéologique d’une ville édifiée au milieu du Xe siècle de notre ère par la dynastie des Omeyyades comme siège du califat de Cordoue. Après avoir prospéré quelques années, elle fut mise à sac durant la guerre civile qui mit fin au califat en 1009-1010. Les vestiges furent oubliés pendant près de 1 000 ans, jusqu’à leur découverte au début du XXe siècle. Cet ensemble urbain complet comprend des infrastructures telles que des routes, ponts ou systèmes hydrauliques, des bâtiments, des éléments de décoration et des objets du quotidien. Il apporte une connaissance approfondie de la civilisation islamique occidentale d’Al-Andalus, aujourd’hui disparue, au sommet de sa splendeur.

Morphologie urbaine

Le site comprend toute la ville califale, et sa zone tampon préserve le contexte de la ville dans son environnement naturel, ainsi que les vestiges des principales infrastructures de routes et canaux qui rayonnent à partir de la ville. Les carrières d’où furent extraits les matériaux de construction pour la ville et les principales maisons de campagne (munya) ont également subsisté dans la zone tampon.

Étant donné que la ville est restée cachée depuis le moment de sa destruction au début du XIe siècle jusqu’à sa redécouverte au début du XXe siècle et que la zone était utilisée pour le pacage, les vestiges sont très bien préservés. Seuls 10% du site ont été fouillés jusqu’à présent et le reste offre une opportunité exceptionnelle pour de futures recherches. En ce qui concerne la partie fouillée du Qasr ou palais fortifié, des travaux de fouilles et de conservation continus ont mis au jour une série de bâtiments bien conservés dont les murs originaux atteignent une hauteur de plusieurs mètres.

Critères d’inscription

Critère (iii) : La ville califale abandonnée de Medina Azahara, en tant que nouvelle cité planifiée et construite à l’initiative de l’État, atteste d’une manière exceptionnelle de la civilisation omeyyade, dans ses dimensions culturelle et architecturale et, plus généralement, du développement de la civilisation islamique occidentale de l’Al-Andalus.

Critère (iv) : La ville califale de Medina Azahara est un exemple exceptionnel d’urbanisme, combinant des approches architecturale et paysagère, la technologie d’infrastructures urbaines, l’architecture, la décoration et l’adaptation au paysage, qui illustre l’époque importante du Xe siècle de notre ère, lorsque le califat omeyyade de Cordoue fut proclamé dans l’occident islamique.

Photos

Nouvelles

6 décembre 2018


18e conférence régionale de la région Europe du Sud et Méditerranée de l’OVPM

Cordoue, Espagne

Europe du sud et Méditerranée

5 décembre 2016


Biennale internationale du patrimoine. 15 au 17 décembre 2016

Cordoue, Espagne

Europe du sud et Méditerranée

17 octobre 2016


Jeunes sur la piste du patrimoine mondial – Des étudiants de Cordoue visitent Ubeda & Baeza

Cordoue, Espagne

Jeunes sur la piste du patrimoine mondial

16 novembre 2015


Cordoue, Espagne – Ville gagnante de la 4° édition du prix Jean-Paul L’Allier pour le patrimoine

Cordoue, Espagne

Prix Jean-Paul-L’Allier pour le patrimoine

20 janvier 2015


Projet Mobilité et Patrimoine. SRESM-OVPM

Cordoue, Espagne

Europe du sud et Méditerranée


Contact

D. José María Bellido Roche

Alcalde
Ayuntamiento de Córdoba

C/ Capitulares, 1
Córdoba, España

+34.957 49.99.10
alcaldia@ayuncordoba.es

Sr. Pedro García Jiménez

Teniente Alcalde de Urbanismo, Gestión de Residuos y Limpieza Viaria y Turismo
Ayuntamiento de Córdoba

957-499981
mercedes.ruizp@ayuncordoba.es

Sr. Jesús María Ligero Ramos

Director General de la Delegación de Turismo
Instituto Municipal de Turismo - IMTUR

C/ Rey Heredia, 22
Córdoba, España

+34 957 200522
turismo@ayuncordoba.es

Sra. Piedad Aroca Pavón

Arquitecto G.M.U.
Ayuntamiento de Córdoba

(34) 658 876 014
piedadaroca@gmu.cordoba.es

Sr. Juan Aljama Morilla

Accesibilidad
Ayuntamiento de Córdoba

(34) 669 790 278
jaljamae@gmu.cordoba.es

Sra. Rosa Lara

Arquitecta. Servicio de Proyectos GMU Responsable Oficina de Casco Histórico, Delegación de Patrimonio
Gerencia Municipal de Urbanismo de Córdoba

Avda. de Medina Azahara S/N.
Córdoba, España

(34) 957 22 27 50 / (34) 957 22 27 51. Ext. 2270
gmu.proyectos8@ayuncordoba.es