Mexico, Mexique

Informations générales

Statut administratif

Capitale nationale et chef-lieu du district fédéral

Centre historique de Mexico et Xochimilco

Année d'inscription

1987

Fonction historique

Politique et culturelle

Lieu et site

La ville s’étend au coeur de la vallée de l’Anahuac (vallée de Mexico) à 2 250 mètres d’altitude. De hauts sommets volcaniques l’entourent. Le site retenu comprend la zone historique et archéologique du Templo Mayor et celle de Xochimilco.

Morphologie urbaine

L’actuel Zocalo, l’esplanade quadrangulaire du centre historique de Mexico attenante au Templo Mayor, fut tracé sur la place urbaine de Tenochtitlan; et les jardins de Xochimilco témoignent des aménagements lacustres anciens des Aztèques. Un plan en damier dont les artères sont calquées sur les digues caractérise le cœur de Mexico. Il n’y a pas de rempart à la nouvelle ville espagnole, la présence de l’eau ayant joué un rôle défensif. L’architecture coloniale du centre de Mexico est d’une grande cohérence; l’utilisation du tézontle, matériau volcanique, ajoute à l’unité de l’ensemble. Des façades, alliant les styles baroque (et churrigueresque) et néo-classique bordent l’esplanade du Zocalo. À proximité, les ruines du Templo Mayor témoignent des étapes de la croissance de Tenochtitlan en même temps que du passé des Aztèques.

Critères d’inscription

Critère (ii) : Du XIVe au XIXe siècle, Tenochtitlan, puis Mexico, ont exercé une influence décisive sur le développement de l’architecture, des arts monumentaux et de l’organisation de l’espace, dans le royaume aztèque, puis en Nouvelle-Espagne.

Critère (iii) : Avec les restes des cinq temples antérieurs à la grande pyramide et surtout l’énorme monolithe de Coyolxauhqui, symbolisant la fin de l’ancienne cosmogonie et l’avènement de Huitzilopochtli, divinité tribale des Aztèques, l’ensemble monumental du Templo Mayor apporte un témoignage exceptionnel sur les cultes d’une civilisation disparue.

Critère (iv) : La capitale de la Nouvelle-Espagne, caractérisée par son plan en damier, l’ordonnance régulière de ses places et de ses rues, la splendeur de son architecture religieuse (Cathédrale, Santo Domingo, San Francisco, San Jeronimo, etc.) et civile (Palais du Marquis de Jaral de Berrio) est un exemple éminent des fondations espagnoles du Nouveau Monde.

Critère (v) : Devenu vulnérable sous l’effet des changements environnementaux, le paysage lacustre de Xochimilco constitue le seul témoin de l’occupation traditionnelle du territoire dans les lagunes du bassin de Mexico avant la conquête espagnole.

Repères historiques

  • Les Aztèques se fixent dans la vallée de Mexico au XIVe siècle et y élèvent, dans la zone d’îlots et de marécages du lac Texcoco (lagune), leur capitale, Tenochtitlan (1325). Une ville sainte entourée d’un rempart y est intégrée et un réseau de canaux ainsi que des jardins flottants y sont aménagés.
  • L’apogée de cette tribu aztèque, les Mexica, a lieu au XVe siècle. L’Empire atteint alors son extension maximum et contrôle les routes commerciales jusqu’au golfe du Mexique. Une réforme religieuse est entreprise qui préconise le sacrifice humain.
  • Au moment où Cortés et ses troupes, à la recherche d’or, franchissent le col qui mène à la vallée (1519), la cité de Moctezuma II est la plus prestigieuse du Nouveau Monde. Avec la complicité de tribus hostiles aux Aztèques à la suite de la réforme religieuse, il soumet et saccage Tenochtitlan (1521).
  • Au lendemain de la victoire espagnole, on entreprend la construction de la nouvelle capitale, Mexico, sur le site de la métropole Aztèque et de sa ville sainte attenante. L’assèchement de la lagune ne se fera qu’au XVIIIe siècle.

 

Plus d’information sur Mexico ici!

Campus central de la cité universitaire de l’Universidad Nacional Autónoma de Mexico (UNAM)

Année d'inscription

2007

Fonction historique

Symbole architectural urbain de la modernité en Amérique latine

Lieu et site

Le campus qui est constitué d’un ensemble de bâtiments, d’équipements sportifs et d’espaces ouverts dans la zone méridionale de Mexico a été construit entre 1949 et 1952. Plus de 60 architectes, ingénieurs et artistes ont travaillé au projet. Le campus est un superbe exemple du modernisme du XXe siècle, il illustre l’intégration de l’urbanisme, de l’architecture, de l’ingénierie, de l’architecture de paysage et des beaux-arts et leur association avec des références aux traditions locales, notamment le passé préhispanique du Mexique. L’ensemble incarne des valeurs sociales et culturelles de portée universelle. Reconnu dans le monde entier, ce campus est l’un des grands symboles de la modernité en Amérique latine.

Morphologie urbaine

Le campus central de la cité universitaire de l’UNAM témoigne de la modernisation du Mexique post-révolutionnaire dans le cadre des valeurs et idéaux universels concernant l’accès à l’éducation, l’amélioration de la qualité de vie, l’éducation complète sur les plans intellectuel et physique et l’intégration entre l’urbanisme, l’architecture et les beaux-arts. Il constitue une création collective pour laquelle plus de 60 architectes, ingénieurs et artistes ont travaillé ensemble dans le but de créer les espaces et équipements susceptibles de contribuer au progrès de l’humanité par le biais de l’éducation.

L’urbanisme et l’architecture du campus central constituent un exemple exceptionnel de l’application des principes du modernisme du XXe siècle fusionnés avec des éléments issus de la tradition mexicaine préhispanique. Cet ensemble est devenu l’une des plus importantes icônes de l’urbanisme et de l’architecture modernes en Amérique latine, reconnue universellement.

Critères d’inscription

Critère (i) : Le campus Central de la cité universitaire de l’UNAM est un exemple unique au XXe siècle d’une œuvre à laquelle plus de 60 professionnels ont participé dans le cadre d’un plan directeur en se fixant pour but de créer un ensemble architectural urbain qui témoigne de valeurs sociales et culturelles de portée universelle.

Critère (ii) : Les tendances les plus importantes de la pensée architecturale du XXe siècle convergent sur le campus central de la cité universitaire de l’UNAM : l’architecture moderne, le régionalisme historiciste et l’intégration plastique, ces deux derniers étant d’origine mexicaine.

Critère (iv) : Le campus central de la cité universitaire de l’UNAM est l’un des rares modèles existant dans le monde où les principes proposés par l’architecture et l’urbanisme modernes ont été pleinement appliqués, dans le but ultime d’offrir à l’homme une remarquable amélioration de sa qualité de vie.

Photos

Contact

Sra. Claudia Sheinbaum

Jefa de Gobierno
Ciudad de México

Plaza de la Constitución, número 2 Col. Centro, Del. Cuauhtémoc
Ciudad de México, México
6068

+52.55 552.10028, 552.22855, ext. 100, 116
[email protected]

Mtra. Loredana Montes López

Directora General del Fideicomiso
Centro Histórico de la Ciudad de México

Rep. de Brasil, número 74, piso 2 Col. Centro, Del. Cuauhtémoc
Ciudad de México, México
6010

[email protected]