Dubrovnik, Croatie

Informations générales

Vieille ville de Dubrovnik

Année d'inscription

1979

Fonction historique

Commerciale (maritime).

Lieu et site

Non loin des Balkans et face à la péninsule italienne, cette ville de la côte dalmate s’ouvre sur l’Adriatique et la Méditerranée. Son port, à l’abri des vents, est bien protégé.
 

Morphologie urbaine

S’avançant dans la mer, la ville est adossée aux monts Srdj. À l’intérieur du rempart (XIIIe siècle), le plan d’inspiration baroque privilégie la perspective. Au pied des monts, des rues parallèles se transforment en escaliers pour accéder aux terrasses de la ville. En allant vers la mer, le tracé, moins régulier, s’ouvre en s’élargissant. L’artère transversale, parallèle au front de mer, va se rétrécissant d’est en ouest (sens du développement de la ville), jouant à la fois sur la perspective et sur la distance.

Pierre et brique s’associent pour constituer la matière dense du cadre architectural. À l’intérieur de fortifications massives, de grands bâtiments publics, civils et religieux, remontent à la Renaissance. Par leur monumentalité, ils évoquent les temps prospères de la petite République. Des oeuvres de sculpture, en harmonie avec le paysage urbain, rappellent le rayonnement de la culture de Dubrovnik.

Critères d’inscription

«Dubrovnik illustre la volonté de créer […] un paysage urbain conçu à la manière d’une oeuvre d’art. Ville-musée, Dubrovnik conserve, à côté de monuments construits par les plus grands architectes […], une foule de maisons d’une évidente qualité architecturale […]. Cette homogénéité dans la qualité du bâti» est ailleurs sans exemple (I). «La ville apporte un témoignage unique, […] sur la civilisation de la République de Raguse» (III). Les remparts «représentent […] un remarquable effort d’adaption [de l’enceinte urbaine médiévale] aux progrès de l’artillerie. […] ils constituent l’une des grandes références de l’histoire de la fortification au XVe siècle» (IV).

Repères historiques

  • À l’origine, Dubrovnik est un îlot fortifié habité par les Latins autochtones. Un bras de mer sépare l’îlot d’un deuxième noyau, slave, antagoniste. Navigation et commerce sont au premier plan des activités.
  • Au XIIIe siècle, les deux noyaux d’origine , Raguse et Dubrovnik, se joignent. Le bras de mer asséché sera désormais l’artère principale de la ville. La petite République de Dubrovnik-Raguse prend forme et la ville médiévale fait l’objet d’une planification rigoureuse, précoce et exceptionnelle. Le centre urbain de la nouvelle République se veut imposant. La flotte est puissante et l’activité commerciale intense entre l’Europe occidentale et les Balkans. Dubrovnik, sur les mers, est une rivale de Venise.
  • Aux XIVe et XVe siècles, la capitale de la mer multiplie les réalisations architecturales; au XVIe siècle, la trame urbaine y est fixée. Pour les Serbes, elle constitue une ouverture sur la culture et sur l’Europe occidentale.
  • Au sommet de sa prospérité, Dubrovnik est victime d’un tremblement de terre (1667). Elle retrouvera l’essentiel de ses structures urbaines d’origine. Au début du XIXe siècle, occupée par les troupes de Napoléon 1er, elle perd son indépendance.

Photos

Nouvelles


Contact

Mr. Mato Frankovic

Mayor
City of Dubrovnik

Pred Dvorom 1
Dubrovnik, Croatia

+385.20 35.18.07
gradonacelnik@dubrovnik.hr

Ms. Biserka Simatovic

Head of International Relations
Office of the Mayor

Pred Dvorom 1
Dubrovnik, Croatia

+385 (0)20 351 719
bsimatovic@dubrovnik.hr

Ms. Ivanka Jemo

Director
Institute for the Restoration of Dubrovnik

C. Zuzoric 6
Dubrovnik, Croatia

+385.20 43.21.11, 41.12.08
ivanka.jemo@zod.hr