Amsterdam, Pays-Bas

Informations générales

Statut administratif

Capitale des Pays-Bas

Zone des canaux concentriques du 17e siècle à l'intérieur du Singelgracht à Amsterdam

Année d'inscription

2010

Fonction historique

Ville portuaire

Lieu et site

L’ensemble urbain historique du quartier des canaux à Amsterdam est le projet d’une nouvelle « ville-port » construite à la fin du 16e siècle et au 17e siècle. Il s’agit d’un réseau de canaux à l’ouest et au sud du bourg historique et du bourg médiéval qui enserre la vieille cité et qui accompagna le déplacement des limites fortifiées de la ville vers l’intérieur des terres, le Singelgracht. Ce programme de longue durée consistait à étendre la ville en drainant les terres marécageuses par des canaux en arcs concentriques et à remblayer les espaces intermédiaires. Ces espaces ont permis l’épanouissement d’un ensemble urbain homogène constitué de maisons à pignons et de nombreux monuments. Cette extension urbaine a été la plus grande et la plus homogène de son temps. Ce site présente un exemple de planification urbaine de grande échelle qui servi de modèle de référence dans le monde entier jusqu’au 19e siècle.

Morphologie urbaine

Le quartier des canaux d’Amsterdam illustre une planification hydraulique et urbaine exemplaire et de grande échelle, par la création entièrement artificielle d’une ville-port de grande échelle. Son habitat bourgeois est caractéristique, par ses façades à pignon, et il témoigne tant de l’enrichissement de la ville par le commerce maritime que du développement d’une culture humaniste et tolérante liée à la Réforme calviniste. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, Amsterdam apparaît comme la concrétisation de l’idée de cité idéale, qui servit de modèle urbain et de référence pour de nombreux projets de villes nouvelles de par le monde.

Critères d’inscription

Critère (i) : Le quartier des canaux d’Amsterdam est la conception, à la fin du XVIe siècle, et la réalisation au cours du XVIIe siècle d’une nouvelle ville portuaire, entièrement artificielle. Il s’agit d’un chef-d’œuvre simultanément d’ingénierie hydraulique, de planification urbaine, de programme rationnel de construction et d’architecture bourgeoise. C’est un ensemble urbain unique et novateur, de grande échelle mais homogène.

Critère (ii) : Le quartier des canaux d’Amsterdam témoigne d’un échange d’influences considérable, durant près de deux siècles, non seulement pour le génie civil, l’urbanisme et l’architecture, mais aussi pour une série de domaines techniques, maritimes et culturels. Amsterdam est, au XVIIe siècle, un lieu crucial des échanges commerciaux et intellectuels internationaux, de la formation et de la diffusion de la pensée humaniste ; c’est la capitale de l’économie – monde de son temps.

Critère (iv) : Le quartier des canaux d’Amsterdam représente un type éminent d’ensemble urbain bâti, qui a nécessité et qui illustre des compétences en hydraulique, en génie civil, en planification urbaine, en savoir-faire constructif et architectural. Il établit, au XVIIe siècle, le modèle de la ville-port entièrement artificielle ainsi que le type de l’habitation individuelle néerlandaise avec sa variété de façades et de pignons. La ville témoigne alors, au plus haut rang, d’une période significative de l’histoire du monde moderne.

Ligne de défense d'Amsterdam

Année d'inscription

1996

Fonction historique

Défensive

Lieu et site

Parcourant 135 km autour d’Amsterdam, la ligne défensive construite entre 1883 et 1920 est le seul exemple d’une fortification continue reposant sur le principe de la maîtrise de l’eau. Depuis le XVIe siècle, les Néerlandais ont mis leur exceptionnel savoir-faire en génie hydraulique au service de leur défense. La protection du centre du pays était assurée par un réseau de 45 forts et leur artillerie agissant de concert avec des inondations temporaires déclenchées à partir des polders et d’un système complexe de canaux et d’écluses.

Morphologie urbaine

Depuis le XVIe siècle, les Hollandais utilisent leur connaissance particulière du génie hydraulique à des fins défensives. La région qui entoure les fortifications est divisée en polders, chacun étant de hauteur différente et entouré de digues. Chaque polder dispose de ses propres installations d’inondation. La profondeur de l’inondation est un point crucial pour la réussite du Stelling ; elle doit être suffisante pour empêcher d’avancer à pied sans pour autant permettre à des bateaux de passer. Les hauteurs d’eau sont garanties au moyen d’écluses d’entrée et d’écluses-barrages. Les forts ont été construits en des points stratégiques où des routes et voies ferrées traversent la ligne de défense (accès). Par prudence, leur espacement ne dépasse jamais 3 500 m, distance déterminée par la portée de leur artillerie. Les plus anciens ont été construits en brique, les plus récents en béton de masse.

Critères d’inscription

Critère (ii) : le Stelling van Amsterdam est un exemple exceptionnel d’un vaste système de défense européen intégré de l’époque moderne, resté intact et bien conservé depuis sa création à la fin du XIXe siècle. Il appartient à un ensemble de dispositifs de défense antérieurs à sa construction et qui ont ensuite influencé certaines de ses sections juste avant et après la Deuxième Guerre mondiale.

Critère (iv) : les forts du Stelling sont des exemples remarquables d’un vaste système de défense intégré de l’époque moderne, resté intact et bien conservé depuis sa création à la fin du XIXe siècle. Ils illustrent le passage de la construction en brique du XIXe siècle à l’usage du béton armé du XXe siècle. Cette transition, avec les expériences d’utilisation de béton mettant l’accent sur l’emploi de béton non armé, témoigne d’un épisode de l’histoire architecturale européenne dont les vestiges sont rares.

Critère (v) : le Stelling se distingue également par la façon dont le génie néerlandais de l’ingénierie hydraulique a été mis à contribution dans les défenses de la capitale nationale.

Repères historiques

Le Stelling van Amsterdam (Ligne de défense d’Amsterdam) est une ceinture complète de fortifications s’étirant sur plus de 135 km autour de la ville d’Amsterdam. Construite entre 1883 et 1920, la ligne de défense se compose d’un ingénieux réseau de 45 forts, agissant de concert avec un système complexe de digues, écluses, canaux et polders d’inondation. Elle est un exemple majeur de fortifications reposant sur le principe de l’inondation temporaire des terres.

Contact

Ms. Femke Halsema

Mayor of Amsterdam
City of Amsterdam

P.O. Box 202
Amsterdam, Netherlands

14 020 (local number)

Ms. Jeanine Van Pinxteren

Alderman
Municipality of Amsterdam

j.van.pinxteren@amsterdam.nl

Ms. Inez Weyermans

Project Manager of the Municipal Office of Monuments and Archaeology
Municipality of Amsterdam

i.weyermans@amsterdam.nl

Mr. Aart Oxenaar

Director of the Municipal Office of Monuments and Archaeology
Municipality of Amsterdam

a.oxenaar@amsterdam.nl