Chiatura (Géorgie)

Informations générales

Statut administratif

Centre administrative de la municipalité de Chiatura

Ville minière de Chiatura

Fonction historique

Ville minière

Situation et site

Chiatura est une petite ville de l’Ouest géorgien localisée à 180 km au nord-ouest de la capitale Tbilissi. La ville est située le long de la rivière Kvirila, sur le plateau Chiatura, à 340-500 m au-dessus du niveau de la mer. Chiatura se démarque par son paysage spectaculaire de roches lisses le long de la rivière et par son architecture industrielle et soviétique remarquable.

Morphologie urbaine

Chiatura est une petite ville formée au 19e siècle à la suite de la découverte et de l’extraction de riches dépôts de manganèse et elle se développa en temps que ville industrielle soviétique au cours du 20e siècle.

La ville a de nombreuses preuves archéologiques datant de la période préhistorique, ainsi que des monastères médiévaux et un tissu urbain historique datant de la fin du 19e siècle et du 20e siècle. Cependant sa valeur exceptionnelle réside dans son patrimoine industriel. Ces bâtiments importants sont une représentation unique d’une période en définitive importante de l’histoire de la Géorgie.

Le centre-ville se déploie le long des rives de la rivière, tandis que les autres quartiers sont distribués sur les différents niveaux des plateaux supérieurs. À cause des différences de hauteurs entre les différentes parties de la ville, un système complexe de téléphériques a été développé au début du 20e siècle et fut utilisé comme principal transport public et industriel dans la ville.

Repères historiques

  • Au cours du 19e siècle, le territoire actuel de Chiatura devint connu comme étant un terrain composé de riches dépôts de manganèses. Le pionnier de la recherche géologique pour ce territoire fut le scientifique allemand Otto Wilhelm Hermann von Abich. En 1846, von Abich étudia le terrain et c’est en 1849 qu’il en fit rapport au Vice-roi du roi de Russie en Géorgie.
  • En 1872, l’extraction de manganèse débuta sous le commandement de l’écrivain géorgien célèbre Akaki Tsereteli. En 1879, les premiers bâtiments et édifices firent leurs apparitions sur le territoire. C’est l’investissement étranger qui intensifia l’extraction du manganèse.
  • En 1895, sous la direction d’un autre homme d’état géorgien, Niko Nikolade, maire de la ville portuaire de Poti à cette époque, une connexion par train était établie entre Chiatura et Poti, d’où le manganèse était exporté vers l’étranger. Cette connexion permit une croissance encore plus forte de l’industrie du manganèse. Dès 1913, Chiatura était l’exportatrice principale du minerai de manganèse, en fournissant 50% du marché mondial.
  • En 1902, environ 190 producteurs de manganèse fondèrent la « Société de la Pierre Noire » qui permit de financer des projets publics tels que les infrastructures, l’éducation, la culture, etc.
  • La Première Guerre Mondiale stoppa nette cette industrie. En 1919, sur les 260 compagnies existantes, seulement 11 étaient opérationnelles.
  • Le renouveau dans la production géorgienne de manganèse débuta avec la mise en place du régime soviétique en 1921. La production fut nationalisée par le gouvernement soviétique.
  • En 1925, la production fut louée à l’entrepreneur américain William Averell Harriman, mais ses efforts pour réhabiliter la production furent vains. Par conséquent, en 1928, la concession fut saisie et la compagnie d’état soviétique en assuma l’entière production.
  • Dans les années 1930, l’industrie fut largement rétablie. L’usine de ferroalliage fut construite à Zestaphoni et la centrale hydroélectrique de Vartsikhe permit d’améliorer l’extraction et le processus de production.
  • Les premiers systèmes de câbles de la ville remontent à cette période et furent utilisés par les mineurs.
  • En 1953, le premier téléphérique public fut inauguré, et ne tardât pas à être suivi par d’autres. La ville se développa et s’étendit avec des quartiers résidentiels construits pour le nombre grandissant de travailleurs.
  • La chute de l’Union Soviétique en 1991 eut un impact dramatique pour la ville. Le processus d’extraction fut arrêté et la ville connut un déclin économique et social de grande envergure.
  • Le processus minier a repris partiellement en 2006 grâce à une corporation privée. La production actuelle est loin de son ancienne envergure et la ville est toujours confrontée à de multiples défis.