San Pablo Villa de Mitla

Secteur protégé: 
Grottes préhistoriques de Yagul et Mitla au centre de la vallée de Oaxaca
Situation et site: 

Situé dans la vallée de Tlacolula, dans l'État subtropical d'Oaxaca, ce bien se compose de deux ensembles archéologiques préhispaniques et une série de grottes préhistoriques et d'abris sous roche. Certains de ces abris ont livré des traces archéologiques et d'art rupestre qui sont un témoignage des premiers agriculteurs sédentarisés. Des graines de cucurbitacée vieilles de 10 000 ans découvertes dans la grotte Guilá Naquitz sont considérées comme les premiers témoignages de plantes domestiquées sur le continent tandis que des fragments d'épis de maïs trouvés dans la même grotte apparaissent comme les témoignages des plus anciens de domestication du maïs. Le paysage culturel des grottes de Yagul et Mitla démontre le lien entre l'homme et la nature qui est à l'origine de la domestication des plantes en Amérique du Nord, permettant ainsi le développement des civilisations mésoaméricaines.

Fonction historique: 
Agriculture
Statut administratif: 
Ville de la province de Oaxaca au Mexique
Repères historiques: 

Le passage progressif de groupes sociaux vivant essentiellement de la chasse à l’État de groupes sédentarisés vivant de l’agriculture s’est produit dans de nombreux endroits en même temps en Mésoamérique. Le bien témoigne, de manière exceptionnelle, de l’évolution du chasseur-cueilleur vers une communauté sédentarisée dans la région de la vallée de Oaxaca.

Morphologie urbaine: 

Les grottes préhistoriques de Yagul et Mitla au centre de la vallée de Oaxaca est un vaste paysage culturel qui comprend des grottes et des abris sous-roche, dont l’un, la grotte de Guilá Naquitz a livré des restes botaniques extraordinairement bien préservés de cucurbitacées, de haricots et de courges et les premiers épis de maïs jamais trouvés, et deux autres grottes, les sites de Cueva Blanca et Gheo Shih, ont livré des restes d’animaux et des outils de pierre du Pleistocène, et révélé l’utilisation saisonnière des ressources abondantes en fruits d’été et petits mammifères.

Critères d'inscription: 

Critère (iii) : Les restes botaniques de la grotte de Guilá Naquitz liés à la domestication d’autres plantes - courges, calebasses et haricots – associées aux vestiges archéologiques de Cueva Blanca et Gheo Shih, peuvent être considérés comme un témoignage exceptionnel de l’évolution des cueilleurs-chasseurs vers une société plus sédentarisée dans cette région d’Amérique centrale.

Déclaration de Genève sur les Droits humains et patrimoines culturels : L’engagement des villes solidaires

La Déclaration de Genève sur les Droits humains et patrimoines culturels reconnaît le patrimoine culturel comme une ressource importante pour promouvoir les droits humains et explique le rôle des villes à cet égard.

Yazd, Iran

Secteur protégé: 
Ville historique de Yazd
Situation et site: 

La ville historique de Yazd est située au milieu du plateau iranien, à 270 km au sud-est d’Ispahan, à proximité des routes des épices et de la soie. C’est un témoignage vivant de l’utilisation de ressources limitées pour assurer la survie dans le désert. L’eau est amenée en ville par un système de qanat – ouvrage destiné à capter l’eau souterraine. Construite en terre, la ville de Yazd a échappé à la modernisation qui a détruit de nombreuses villes de ce type. Elle a gardé ses quartiers traditionnels, le système de qanat, les maisons anciennes, les bazars, les hammams, les mosquées, les synagogues, les temples zoroastriens et le jardin historique de Dolat-abad.

Fonction historique: 
Commerciale
Statut administratif: 
Capitale de la province de Yazd
Repères historiques: 

Le peuplement dans la région de Yazd remonte à l'ère préislamique mais, selon les preuves recueillies, la ville historique de Yazd a été établie après le 10e siècle (4e siècle AH). Le nom de Yazd dérive probablement du nom du roi sassanide Yazdegerd I. Yazd était définitivement un centre de zoroastrisme à l'époque des Sassanides. Après la conquête arabe de la Perse, de nombreux zoroastriens ont migré des provinces voisines vers la région de Yazd. En payant une taxe, Yazd a été autorisé à demeurer zoroastrienne même après la conquête de l'Islam, mais l'Islam est progressivement devenu la religion dominante.

Yazd, particulièrement après le 10e siècle (4e siècle AH), possède une histoire écrite et documentée. Depuis le 10e siècle, en raison de son emplacement stratégique sur les principales routes commerciales (route de la soie et route des épices), Yazd est devenue une ville célèbre et prospère au bord du désert central iranien. En raison de son identité multiculturelle et de son emplacement sur les routes des caravanes reliant l'Inde à l'Occident, Yazd est devenu un important centre commercial, facilitant la diffusion de connaissances de telle sorte que l'impact de Yazd sur les villes autour du désert et le long des routes commerciales peut clairement être constaté. Profitant de cette situation, les constructeurs de Yazd ont développé des principes hautement élaborés à tous les niveaux dans le processus de construction de la ville, couvrant tous les aspects pertinents de la sélection et préparation des matériaux à la conception des maisons et à l'urbanisme.

Morphologie urbaine: 

Le bien comprend trois zones distinctes, une grande zone centrale et deux plus petites au sud et au nord-ouest de la zone centrale.

La ville de Yazd est la capitale de la province de Yazd. Elle est située à 270 km au sud-est d'Ispahan et à 625 km au sud de Téhéran dans la zone centrale du plateau iranien, connu comme la zone désertique du pays avec une altitude de 1200 m au-dessus du niveau de la mer.

Yazd est l'une des plus grandes villes de terre en Iran et est surtout connue pour être la ville importante la plus sèche du pays, avec une hauteur de précipitations annuelles moyenne de seulement 60 mm. C'est aussi l'une des zones les plus chaudes avec des températures estivales dépassant fréquemment les 40° C.

Critères d'inscription: 

Critères (iii) et (v).