JOSÉ ANTONIO NIETO BALLESTEROS

José Antonio NIETO BALLESTEROS, né à Guadalcazar (province de Cordoue) le 10 avril 1970,  est marié et a des enfants. Il est titulaire d’une Licence en Droit de l’Université de Cordoue (promotion de 1988-1993). Candidat au Congrès de Madrid pour le parti CDS (Centre démocratique et social) aux élections générales de 1989 et secrétaire provincial et régional de l’aile jeunesse du CDS de l’Andalousie, de 1989 à 1991. Candidat du CDS au Parlement andalou aux élections de la Région autonome d’Andalousie en 1990. Secrétaire du CDS pour la province de Cordoue de 1991 à 1993. Membre du Comité national et régional du CDS de 1991 à 1993. Candidat au Sénat aux élections générales en 1993. Conseiller municipal du Parti populaire (PP) à la Ville de Guadalcazar entre 1995 et 1999, il a travaillé au Secrétariat à la politique territoriale du PP de Cordoue, où il était adjoint au secrétaire général. De 1996 à 1998, il a occupé le poste de directeur de la gérance de la Fondation populaire latino-américaine. De 1998 à 2000, il a été coordonnateur électoral régional pour le Parti populaire d’Andalousie (PP-A). En 2000-2001, il était sous-secrétaire général à la formation et aux élections du PP de Cordoue. Suppléant au Parlement andalou aux élections de cette région autonome en 1996. De 1999 à janvier 2005, il a été conseiller à la Ville de Cordoue et député provincial. Depuis décembre 2002, à la suite du Xe Congrès provincial, il est le Secrétaire général du PP de Cordoue, dont la présidente est Maria Jesus Botella. Depuis avril 2004, il est le porte-parole du Groupe populaire à la Ville de Cordoue. En  février 2006, il a été nommé Président provincial du Parti populaire de Cordoue. Il était candidat à la mairie de Cordoue aux élections municipales en mai 2007, qu’il a gagnées, mais un pacte entre la Gauche unie (Izquierda Unida-IU) et le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) lui a ravi la mairie ; il y a été le porte-parole du Groupe PP. Aux élections de la Région autonome d’Andalousie de 2008, il était le candidat no 1 du PP de Cordoue au Parlement andalou. Il a obtenu son siège de parlamentaire qu’il conserve jusqu’à aujourd’hui. Au cours du XVIIe Congrès provincial du PP de Cordoue, il a été réélu président du Groupe populaire cordouan. Il était le premier sur la liste du PP aux élections municipales de mai 2011 de Cordoue, qu’il a gagnées par majorité absolue: il est le maire de Cordoue. Aux élections à la Communauté autonome d’Andalousie, qui auront lieu le 25 mars prochain, il est en tête de la liste du PP de la province de Cordoue au Parlement andalou. Le 29 septembre 2012, il a été réélu président du Parti populaire de Cordue au XIIIe Congrès provincial.

 

1) Le Centre historique de Cordoue a été inscrite sur la liste du Patrimoine mondial en 1984. Quelles ont été les retombées de cette nomination pour votre ville?
Je soulignerais en premier lieu la reconnaissance que le patrimoine cordouan a obtenue à l’échelle internationale, ce qui a rehaussé l’image de la ville et contribué à la promotion touristique et culturelle de Cordoue. Cela nous a également incités, nous qui sommes responsables de sa conservation et de sa gestion, à nous efforcer de rendre le patrimoine de plus en plus agréable et accessible aux personnes qui habitent le Centre historique. Cette reconnaissance a produit à la fois chez la population un sentiment de fierté et entrainé sa conscientisation à la défense du patrimoine vivant qui s’insère dans le XXIe siècle.

2) À votre avis, quel est le rôle patrimonial d’un maire lorsqu’une ville se retrouve inscrite sur la Liste du Patrimoine mondial l’UNESCO?
Veiller à la protection et à la diffusion des valeurs universelles exceptionnelles qui ont permis au Centre historique de Cordoue de mériter son inscription. Les valeurs patrimoniales propres et uniques de notre ville ancienne ont survécu grâce aux soins et à la reconnaissance des habitants de Cordoue tout au long des siècles. Il faut continuer d’y travailler afin que ces valeurs subsistent encore pour les siècles à venir.

3) Concrètement, quelles ont été vos actions à l’égard de la protection et de la mise en valeur de votre patrimoine?
Afin d’améliorer la gestion sous tous les aspects reliés au patrimoine, nous avons créé une Délégation spéciale du patrimoine de l’humanité et du centre historique qui, en 2014, a été dotée d’un budget spécifique de plus d’un million d’euros. Cette délégation travaille sur quatre piliers fondamentaux pour le patrimoine : la SAUVEGARDE et la MISE EN VALEUR du patrimoine construit, le développement d’une PLANIFICATION TRANSVERSALE ET INTÉGRALE pour sa gestion, la FORMATION et la RECHERCHE, par un soutien à la recherche comme formule de développement économique, social et culturel, et la DIFFUSION et la CONSCIENTISATION.

4) Tenez-vous des événements particuliers mettant en valeur votre ville?
Au cours de l’année 2014 seulement, plus de 100 évènements reliés à la reconnaissance et à la diffusion de notre patrimoine vont se tenir ; la majorité d’entre eux débordent le cadre local, aussi bien pour la qualité des participants que pour la diffusion qu’on en fait à travers les réseaux patrimoniaux nationaux et internationaux auxquels notre ville participe : l’Organisation des villes du patrimoine mondial, la Ligue des villes historiques, l’Association européenne du patrimoine juif, le Groupe des villes du patrimoine de l’humanité en Espagne (GCPHE), le Réseau des quartiers juifs « Chemins de Sépharad », le Réseau des villes possédant une cathédrale, le Réseau des villes desservies par un TGV, la Route de la Bétique et de Rome (RUBERO), etc.
Nous devons préciser que nous célébrons cette année deux évènements importants : le 20e anniversaire de l’inscription du Centre historique et le 700e anniversaire de la synagogue de Cordoue. La cérémonie inaugurale du 700e anniversaire a eu lieu le dimanche 21 septembre, avec un récital de la chanteuse Jasmin Levy.
La ville de Cordoue est de plus un point de référence international pour deux importants festivals : le Festival de la guitare de Cordoue, qui a lieu dans les premières semaines du mois de juillet et en est à sa 35e édition, et Cosmopoétique qui, du 22 septembre au 5 octobre 2014, accueillera encore une fois les meilleurs poètes du monde. 
D’autre part, le Festival international de musique sépharade, qui a offert au mois de juin sa treizième édition, jouit d’une importante représentativité, parallèlement aux activités culturelles organisées autour de la Journée européenne de la culture juive, connue dans notre ville comme « Automne sépharade ». De plus, la Nuit blanche du flamenco, à sa huitième édition à l’été 2015, verra encore une fois les places du centre historique de Cordoue envahies par des démonstrations de l’art flamenco. Il y a également lieu de mentionner la Semaine sainte de Cordoue, fête d’intérêt touristique de l’Andalousie et célèbre pour son reccueillement, ainsi que les célébrations des foires de Notre-Dame de la Santé, en mai, et celles de la Vierge de Fuensanta, en septembre. Ce sont là deux fêtes de coexistence et d’exaltation de notre culture.

5) Cordoue est un membre fidèle de l’OVPM depuis 1996. Vous avez été impliqué à différents niveaux (conseil d’administration, rencontres régionales, programmes jeunesses, etc.), vous avez tout au long des années participés aux nombreuses activités de l’Organisation jusqu’à même accueillir le Secrétariat régional d’Europe du Sud/Méditerranée. Parmi toutes ses expériences, il y en a-t-il une qui a particulièrement marqué la ville de Cordoue ?
Je crois qu’il y a lieu de souligner les deux périodes durant lesquelles Cordoue a été membre du Conseil d’administration et participé à la rédaction du Plan stratégique de l’OVPM, en 2005, et au cours de la dernière étape, la réflexion amorcée sur le fonctionnement et les objectifs de l’Organisation. Et bien sûr, l’expérience d’être, depuis 2001, le siège du Secrétariat régional de l’Europe du Sud et de la Méditerranée.
Il est gratifiant de constater le fort pouvoir d’attraction qu’ont eu toutes les rencontres et les activités que notre Secrétariat régional a favorisées et auxquelles il a participé, ainsi que la qualité humaine et technique de toutes les personnes qui y ont collaboré et nous ont donné de nouvelles leçons à chaque rencontre. Nous avons partagé des expériences qui nous incitent à poursuivre notre progression dans la grande responsabilité qui nous incombe de prendre soin de notre patrimoine.
De plus, cette année aura lieu à Cordoue, du 25 au 28 novembre, la 14e Conférence régionale, ce qui nous permettra d’accueillir à nouveau les représentants des 32 villes qui font partie de ce Secrétariat régional et de travailler sur des aspects transversaux de la geston du patrimoine, tels l’accès et la mobilité, la jeunesse, l’artisanat local et la pollution visuelle.

6) À vos yeux, dites-nous ce qui fait de Cordoue un endroit si spécial…
Notre ensemble historique, en plus d’être l’un des plus beaux au monde, est habité; Cordoue est une ville de plus de deux mille ans d’histoire où la coexistence des cultures est encore très présente et qui jouit d’une grande vitalité. Une preuve de cette vitalité et du mélange des cultures est LA FÊTE DES PATIOS DE CORDOUE, inscrite depuis décembre 2012 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité ; elle a lieu durant les premières semaines du mois de mai, moment où l’explosion du printemps contribue encore davantage à ce que le centre historique de Cordoue soit un ensemble unique.
Cordoue est une ville millénaire où l’on retrouve cinq reconnaissances importantes de l’UNESCO dont on peut jouir : en plus de la Mosquée de Cordoue, de son Centre historique et de la Fête des patios, que j’ai déjá mentionnés, il faut également la visiter pour déguster et apprendre les valeurs de la diète méditerranéenne, et pour se familiariser avec l’art flamenco.