1. Le Paysage culturel de la province de Bali : le système des subak en tant que manifestation de la philosophie du Tri Hita Karana a été inscrite sur la liste du Patrimoine mondial en 2012. Quelles ont été les retombées de cette nomination pour votre ville?

    Parmi tous les processus de globalisation à Bali – et tout particulièrement à Denpasar, les éléments de la culture locale sont remis en cause et de fortes pressions sont exercées par les éléments de la culture globale. La réaction de la communauté de Denpasar contre l’arrivée de la culture globale tend à affecter l’adaptation culturelle et l’acculturation. Cette réaction marginalise la culture traditionnelle existante de Denpasar, qui est considérée n’étant plus applicable au système global de culture. 

    Le système du Subak en tant que manifestation de la philosophie de Tri Hita Karana (trois causes de bien-être dans le concept de la culture balinaise), lié aux principes de l’UNESCO selon lesquels une politique globale doit être développée pour résoudre les problèmes sociaux, environnementaux, économiques et de développement durable, peuvent être interprétés de la façon suivante : un futur incertain ne dépend pas seulement du capital économique ni des ressources naturelles. Toutefois, il peut dépendre des compétences collectives pour comprendre et anticiper différents changements (le génie local).

    En ce sens, le fait de rebâtir et/ou de maintenir le génie local est un paradigme; le fait d’introduire de nouvelles approches provenant de partout dans le monde fait partie d’un agenda de développement durable. L’inscription du système du Subak sur la liste de l’UNESCO a eu un impact significatif sur la reconstruction de notre génie local à notre avantage et pour le bien-être de la communauté.

    De nombreux effets secondaires ont accompagné la reconstruction de notre génie local, comme l’apparition de la conscience du patrimoine, le tourisme du patrimoine, et  d’autres impacts, tels que les festivals du patrimoine (festivals culinaire et endek – endek étant le tissu traditionnel balinais.

    En plus de ces impacts, le fait d’être nommé par l’UNESCO entraîne aussi des effets continus, comme le renforcement de la sensibilisation au patrimoine, l’existence d’un cadre culturel durable, la formation du Sabha Upadesa (le comité de participation au développement) et le renforcement du contrôle public sur le patrimoine.
     
  2. À votre avis, quel est le rôle patrimonial d’un maire lorsqu’une ville se retrouve inscrite sur la Liste du Patrimoine mondial l’UNESCO?

À partir de l’ère de globalisation de Bali, qui a été inspirée par la valeur spirituelle sociale, chacun des maires a dû interagir avec les aspects de la culture globale et en même temps, y faire concurrence, ce qui est pour la plupart du temps inspiré par les valeurs commerciales et matérielles.

La friction entre les valeurs locales et les valeurs globales entraîne à la fois des effets positifs et négatifs sur la vie traditionnelle locale.  En ce sens, le rôle principal du maire serait d’encourager la durabilité culturelle même si le développement peut apporter des bénéfices importants pour le bien-être de la société.

Un maire soutient son patrimoine mondial en effectuant :

  • L’évaluation/le renforcement du patrimoine mondial, du plan, de l’inventaire et de l’identification actuelle des éléments caractéristiques du patrimoine mondial exceptionnel; 
  • Des analyses des diverses possibilités économiques, de l’écologie, des technologies, des nombreux défis tels que le vandalisme;
  • La mise en œuvre de nombreuses actions expressives et progressives;
  • Le renforcement institutionnel, tel que la règlementation locale pour la célébration de l’anniversaire de Denpasar;
  • La création de réseaux à divers niveaux tels que : 
    - Le niveau local (fiducie patrimoniale de Bali)
    - Le niveau national (Jaringan Kota Pusaka Indonésie (JKPI) – Le réseau des villes du patrimoine mondial de l’Indonésie) (Badan Pelestarian Pusaka Indonésie (BPPI) – L’agence de préservation du patrimoine de l’Indonésie)
    - Le niveau international (OVPM, UNESCO).
  1. Concrètement, quelles ont été vos actions à l’égard de la protection et de la mise en valeur de votre patrimoine?

    En ce qui a trait à la protection et à l’enrichissement de notre patrimoine mondial, nous prenons des actions concrètes : nous améliorons les connaissances, l’attention et la sensibilisation sur notre patrimoine au moyen de l’éducation et de formations; nous fournissons constamment un effort pour construire et gérer notre communauté autour du site du patrimoine mondial. Nous établissons aussi un cadre de conservation environnementale. En outre, nous partageons le savoir de Denpasar par le biais de l’Institut des Arts de Denpasar (ISI Denpasar). Nous organisons des concours de danse, de subak, de musique traditionnelle, de peinture et de photographie.

    De plus, le potentiel de patrimoine culturel dans la ville de Denpasar est énorme et il est revu constamment. Nous avons hâte de voir d’autres sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Nous avons publié un livre sur le patrimoine culturel de Denpasar ainsi qu’une brochure sur l’exploration du patrimoine dans la ville de Denpasar. Des travaux de recherche et d’inventaire se poursuivent à cette fin. Je peux même vous dire que nous sommes présentement intéressés à un nouveau site dans la zone de Penatih, qui est encore au stade des recherches plus approfondies.

    Des évènements religieux sont aussi reliés à la préservation du patrimoine. Par exemple, la cérémonie du Tumpek Landep est une expression de gratitude envers le dieu Ida Bhatara Sang Hyang Pasupati qui a donné l’intelligence et l’acuité à l’esprit humain; qui nous a donné la créativité, le bon sens, et l’initiative humaine pour avoir créé des occasions pouvant simplifier nos vies pour atteindre le contentement. Compte tenu du fait que « landep » signifie pointu ou tranchant, ici des objets pointus comme les kris sont sacrés. Les « kris »  ont été inscrits par l’UNESCO sur la liste du patrimoine mondial en 2005, en tant que patrimoine mondial culturel intangible. Nous célébrons aussi la cérémonie de Tumpek Wayang, une vitrine de notre gratitude envers le dieu Sanghyang Iswara; tous les objets d’art sont sacrés, y compris les wayang (ombres chinoises). Wayang a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2003, en tant que chef d’œuvre oral et intangible du patrimoine de l’humanité.

    Nous améliorons constamment nos efforts pour sauver notre patrimoine. Nous avons créé des liens entre notre ville et diverses organisations reliées au patrimoine culturel : l’Agence indonésienne pour la préservation du patrimoine (BPPI) et le Réseau des villes du patrimoines de l’Indonésie; l’Organisation des villes du patrimoine mondial (OVPM); l’Organisation des nations unies pour l’éducation, les sciences et la culture (UNESCO).

    Par ailleurs, nous avons aussi développé le tourisme, car nous offrons des voyages organisés pour explorer notre patrimoine à Denpasar. Par exemple, vous pouvez visiter des châteaux et des temples qui comprennent parfois des sculptures mégalithiques. Comme autre exemple, nous avons aussi développé le village culturel de Kertalangu, où des voyageurs et des personnes peuvent apprendre certains aspects de notre culture, comme la danse et le gamelan (un instrument de musique).

    Pour résumer mon message, nous avons réunis et mis tous nos efforts pour gérer et préserver notre patrimoine culturel de grande valeur. Le patrimoine déjà connu à Denpasar devrait être et est protégé. Toutefois, nous continuons de chercher, de découvrir et d’en apprendre davantage sur notre patrimoine. Pour protéger notre patrimoine culturel à Denpasar, nous appliquons divers règlements légaux et travaillons aussi sur l’application de la loi.
     
  2. Tenez-vous des événements particuliers mettant en valeur votre ville?

    De nombreux évènements sont organisés par la ville de Denpasar, comme l’Exposition de Denpasar, qui a lieu chaque année le 27 février, date de l’anniversaire de la ville de Denpasar. Lors de cet évènement, un programme de travail lié au patrimoine élaboré par la ville de Denpasar est publié, des expositions d’arts ont lieu, des pratiques culinaires et de l’artisanat local sont exposés, et de nombreuses plantes sont présentées et vendues.

    De la mi-juin au mois de juillet, nous tenons le Festival international de cerf-volant  à la Plage Padang Galak. Le cerf-volant est étroitement relié à la communauté de Denpasar et fait désormais partie de notre culture.  Le festival est toujours submergé de participants locaux et internationaux.

    Chaque année, au milieu de septembre, nous présentons le Festival du Village de Sanur (SVF), où de nombreux évènements sont présentés, comme des expériences culinaires, des danses, de la musique traditionnelle et moderne, ainsi que de la peinture corporelle.  

    Du 28 au 30 octobre, c’est le Maha Bandana qui a pour but de stimuler le moral et l’esprit d’héroïsme. Cet évènement présente une variété d’arts balinais, tout particulièrement la danse et la musique.

    À la fin de l’année, du 28 au 31 décembre, nous tenons toujours le Festival de Denpasar à Jalan Gajah Mada. Il commence à Puri Pemecutan et se termine à Jalan Veteran Puri Satria. Lors de cet évènement, il y a une variété d’expériences gastronomiques, et les produits des artisans de Denpasar sont exposés. Nous organisons aussi des ateliers et des séminaires sur l’exploration du patrimoine de Denpasar.

    Par ailleurs, une variété de cérémonies religieuses ont lieu, qui influent aussi sur l’atmosphère de Denpasar, comme le Tumpek Landep et le Tumpek Wayang, comme je l’ai décrit antérieurement.

    Nous procédons actuellement à l’évaluation du « Réseau de villes créatives de l’UNESCO » lancé par l’UNESCO en Octobre 2004 pour promouvoir la créativité, le potentiel social et l’économie de l’industrie culturelle pratiquée par les acteurs locaux pour appuyer les objectifs de l’UNESCO en termes de préservation de la diversité culturelle. Compte tenu du nombre d’évènements qui ont lieu dans la ville de Denpasar, nous collaborons avec les médias locaux pour  publier de l’information, et c’est pourquoi le ministère du tourisme et de l’économie créative de l’Indonésie a récemment proposé de soumettre le nom de Denpasar à l’UNESCO en tant que ville créative.
     
  3. « Etalé sur 19 500 hectares, le paysage culturel de Bali comprend cinq rizières en terrasses et des temples d’eau qui illustrent le système des subak, une institution coopérative de gestion de l’eau par des canaux et des barrages [...] ». Il est entendu que votre site du patrimoine mondial est à l’extérieur de Denpasar. Pouvez-vous expliquer plus précisément ce qu’est le paysage culturel de Bali et comment il a affecté le développement de Denpasar jusqu’à maintenant? 

    Nous devons expliquer que les principes du Subak couvrent toute la rizière de Bali et que ce système est connu depuis des milliers d’années avec une tradition d’irrigation basée sur la culture de Bali. Ainsi, l’implantation du Subak s’est fait non seulement à Jatiluwih, mais aussi à Denpasar et dans d’autres zones de Bali. Il est important de noter que la spécificité du Subak consiste en ses activités rituelles et c’est ce qui le différencie des autres systèmes d’irrigation en Indonésie, même dans le monde. Le Subak, avec son système d’irrigation, ce n’est pas seulement la manière dont la propriété est irriguée dans les domaines de l’agriculture ou de la pêche. Le Subak est particulier parce qu’il fonctionne sur le principe de l’équité; il maintient la quantité et la qualité de l’eau, l’utilisation de l’eau comme ressource naturelle; il permet une bonne gestion de l’eau afin de s’assurer qu’elle ne passe pas seulement de la montagne à la mer. Le Subak reflète le Tri Hita Karana (trois objets qui causent le bien-être), la ligne directrice de la vie balinaise. Cette culture qui enseigne fondamentalement aux êtres humains comment vivre en harmonie entre l’homme et Dieu (parahyangan), entre l’homme et l’homme (pawongan) et entre l’homme et l’environnement (palemahan).

    En d’autres termes, le Subak est un système géré par une association d’agriculteurs. Ses membres sont responsables de la préparation du sol jusqu’à la récolte dans les rizières. L’association est autonome, gère les zones d’irrigation avec de l’eau douce provenant d’une source particulière et est responsable d’un temple du Subak. Le Subak à Denpasar est toujours utilisé pour des activités  de développement agricole et d’éducation, comme l’éradication d’organismes nuisibles, l’innovation agricole, l’intensification en matière de production de riz, le développement de coopératives et, bien sûr, les cérémonies religieuses. 

    Avec des millions de visiteurs qui viennent à Bali chaque année, et tout particulièrement à Denpasar, le système d’irrigation balinais typique est menacé à cause d’une admiration extrême. Les gens veulent se rapprocher le plus près possible des rizières. Les paysages et les traditions culturelles du Subak sont très populaires. Dernièrement, les agriculteurs étaient disposés à vendre leurs champs à des promoteurs mais il s’est avéré que la production a commencé à diminuer d’année en  année. Le Subak est un système intégré dans lequel une terre dépend d’une autre terre, ce qui fait que si la majorité des terrains sont convertis par des promoteurs, la connexion avec les terrains avoisinants peut être interrompue. Ceci menace la durabilité du système en entier.

    Compte tenu que le Subak est inscrit en tant que patrimoine mondial, nous trouvons du soutien pour préserver son existence. Je souhaite, non seulement en tant que gouvernement qui est fier, mais aussi pour tous les citoyens de Denpasar (6 526 habitant par km2 en 2013) que le système du Subak existera toujours. La durabilité du système du Subak améliore non seulement la beauté de la ville de Denpasar, aussi le bien-être des agriculteurs. Bien sûr, je ne veux pas que les agriculteurs soient marginalisés; je crois au développement de Denpasar tout en maintenant l’existence du système du Subak et l’application de l’avancement technologique approprié en agriculture et adapté à l’agriculture urbaine, ce qui n’est pas très onéreux. Une autre chose que Denpasar a fait pour appuyer l’existence du système du Subak a été d’implanter le tourisme de nature en construisant un parcours de marche dans la rizière ainsi que d’offrir de l’agrotourisme.  Nous voulons que les superficies rizicoles soient développées pour devenir des sites multifonctionnels; toutefois, cela nécessitera qu’un règlement sur la conversion des terres soit appliqué.

    J’aimerais aussi rappeler que Tri Hita Karana, comme je l’ai expliqué précédemment, est une représentation de l’identité du peuple balinais. Bien que Denpasar soit désormais une ville, son identité ne disparaitra pas car elle vivra toujours en harmonie (et ceci réfère au génie local).
     
  4. À vos yeux, dites-nous ce qui fait de Denpasar un endroit si spécial…

    Il y a de nombreux aspects qui, à mon avis, font de Denpasar un endroit très spécial. Depuis les années traditionnelles jusqu’à maintenant, Denpasar a connu des changements dans les systèmes de gouvernement : étant d’abord une ville royale, elle est ensuite devenue une capitale administrative, un district de la capitale, une petite ville, et finalement, la ville que nous connaissons aujourd’hui. Ce développement a certainement contribué à l’existence de notre urbanisme ou de notre paysage urbain, par exemple.

    Toutefois, le principal facteur de spécificité de la ville de Denpasar est sa communauté, qui est dynamique, pluraliste, hétérogène, créative et innovatrice. Elle a une longue histoire (4 siècles) fondée sur une culture balinaise solide comme facteur d’identité, et une petite résilience géographique (adaptable). Les changements qui se sont produits dans la ville de Denpasar sont le résultat du croisement des cultures et des idées pour créer un miroir de l’existence du citoyen : c’est une réflexion de la vie de la population reliée à la dynamique sociale de l’espace et du temps. Selon la philosophie Tri Hita Karana, la population de Denpasar vit dans un équilibre qui comprend des racines culturelles avec la nouveauté (la culture étrangère, la technologie), qui génère de nouvelles valeurs dans de nouveaux contextes afin de créer une ville idéale pour les citoyens qui y vivent. Une ville avec une identité balinaise qui trouve écho dans les perspectives physiques, sociales, culturelles, psychologiques et spirituelles des citoyens.

    Sans l’implication des citoyens, je me rends compte que je ne vaux rien. Les citoyens sont les principaux acteurs de notre patrimoine.  Ils en prennent soin, ils le préservent et ils le gardent en tant que faisant partie de leurs vies quotidiennes.

    Avec le temps, un nouveau patrimoine culturel et une nouvelle civilisation se constituent continuellement. En tant que maire, je crois que la population de Denpasar saura toujours préserver sa véritable identité, maintiendra le patrimoine culturel de la ville et le présentera au monde.  Je suis persuadé que la société urbaine de Denpasar continuera de se développer en une société pluraliste avec de solides assises de traditions culturelles.