• Année d'inscription

    1995

  • Secteur protégé

    Villages historiques de Shirakawa-go et Gokayama

  • Fonction historique

    Agricole et artisanale.

Situation et site

Trois villages isolés des régions de Shirakawa-go et de Gokayama composent le site : Ogimachi (634 hab.) Ainokura (90 hab.) et Suganuma (40 hab.). Au centre du Japon, dans la région des hautes montagnes du Chubu qui reçoit des chutes de neige considérables, ces villages surplombent la rivière Sho qui se jette dans la mer du Japon.

Morphologie urbaine

Dans chaque cas, le village s'étire sur une terrasse soutenue par un mur de pierre. Une rue principale, coupée de rues et de ruelles latérales, traverse la petite agglomération. Les maisons, construites au fond de lots petits et irréguliers, sont séparées par des parcelles cultivées, elles-même définies par des canaux sinueux et des rues. Dans le paysage ouvert, sans clôtures ni murets, la ligne des toits suit le cours de la rivière. Des bâtiments religieux, shinto et bouddhistes, occupent les élévations.

Les maisons, construites au fond de lots petits et irréguliers, sont séparées par des parcelles cultivées, elles-même définies par des canaux sinueux et des rues. Dans le paysage ouvert, sans clôtures ni murets, la ligne des toits suit le cours de la rivière. Des bâtiments religieux, shinto et bouddhistes, occupent les élévations. Les ensembles de maisons gassho (début XIXe-début XXe s.) constituent l'originalité architecturale et l'exclusivité de chacun des villages. Ces maisons en bois, de dimensions considérables, sont surmontées d'un toit de chaume, à pignons, très pentu (60°). L'espace calme et ventilé de ces hauts toits est divisé en multiples niveaux destinés à l'élevage du ver à soie et à la conservation des feuilles de mûrier. Le plancher surélevé permet la production secrète de nitrate de calcium. La disposition des bâtiments annexes, à distance de la maison, est liée à la prévention des incendies.

Critères d'inscription

Ces villages «sont des exemples exceptionnels d'établisements humains traditionnels parfaitement adaptés à leur environnement et à leur raison d'être sociale et économique. Ils ont réussi à s'adapter aux profonds changements économiques qui ont affecté le Japon au cours des cinquante dernières années mais leur survie ne sera assurée que par une vigilance constante...» (IV) et (V).

Repères historiques

  • La région s'ouvre au VIIIe siècle, fréquentée par les membres d'un ordre religieux qui vénèrent le mont Hakusan tout en alliant les croyances pré-bouddhistes et le boudddhisme ésotérique. La secte Tendai, qui domine jusqu'au XIIIe siècle, est remplacée par la secte Jodo Shin. Des temples sont construits.
  • Au cours de la période d'Edo (1615-1868), la modestie des capacités agricoles de ces régions au relief difficile est compensée par la production de papier artisanal à base de feuille de murrier, de poudre à canon (nitrate de calcium) et de fil de soie brute, autant d'activités qui occupent les hivers enneigés.
  • L'industrie du papier, bien productive au cours de la période d'Edo, décline avec l'introduction des procédés de fabrication européens au début de la période de Meiji (1868). La production de nitrate de calcium, contrôlée par les militaires et active depuis le XVIIe siècle, s'arrête avec l'importation de salpêtre depuis l'Europe.
  • La sériciculture, déjà pratiquée au XVIe siècle, constitue une industrie complémentaire prospère à la fin du XVIIe siècle. Grâce au commerce extérieur alors accru, l'industrie devient la plus importante de la région. Elle se maintiendra jusqu'en 1970.
Mr. Narihara Sigeru
Mayor of Shirakawa-Go and Gokayama
Shirakawa Village Office
517, Hatotani Shirakawa mura Ohno-gun, Gihu
Shirakawa, Japan
501 56
Tel:
+81-05769-6-1311
Fax:
+81-05769-6-1709
Email:
Gokayama
shirakawa01