• Année d'inscription

    1994

  • Secteur protégé

    Monuments historiques de l'ancienne Kyoto (villes de Kyoto, Uji et Otsu)

  • Fonction historique

    Politique, religieuse et culturelle.

  • Statut administratif

    Capitale de la région de Kansai.

Situation et site

Dans le sud de l'île japonaise principale, Honshu, Kyoto se déploie dans une plaine. Elle est entourée sur trois côtés de montagnes et traversée de deux rivières la Katsura et la Kamo dont la confluence en aval forme la rivière Yodo.

Morphologie urbaine

L'ensemble de 17 propriétés culturelles, qui composent ce site protégé, occupe la plaine et le piémont environnant où s'étendent aussi aujourd'hui les villes d'Uji et d'Osu. Le plan de l'ancienne Kyoto est tracé à l'image, adaptée, de la capitale de la Chine des T'ang, Ch'ang- an. Il est établi selon un ordre symétrique rigoureusement orienté. Un axe central nord-sud relie le palais impérial à la porte Rasho, aujourd'hui disparue. Autour de cet axe se constitue un damier régulier.

Seize des 17 propriétés culturelles ont une fonction religieuse (shinto, bouddhiste ou zen). Elles se situent, pour la plupart, sur le piémont plutôt qu'au centre de la ville. Ce sont des ensembles de bâtiments et jardins (essences végétales ou pierres), 210 au total, qui sont étroitement liés aux composantes du paysage naturel. Ces constructions de bois, aux toits souvent recouverts de bardeaux d'écorce de cyprès, reflètent les rôles politiques, religieux et artistique de Kyoto à travers les époques du Xe au XIXe siècle.

Critères d'inscription

«Kyoto a été le principal centre de l'évolution de l'architecture religieuse et séculière et de l'art des jardins entre le VIIIe et le XVIIe siècles; à ce titre, cette ville a joué un rôle décisif pour le développement des traditions culturelles japonaises qui depuis le XIXe siècle, et en particulier dans le cas des jardins, exerce une influence profonde sur le reste du monde» (II). «L'association de bâtiments et de jardins dans les monuments de Kyoto qui survivent représente l'élément fondamental de la culture matérielle japonaise de la période pré-moderne» (IV).

Repères historiques

  • Fondée comme capitale du Japon (794), sous le nom de Heian-Kyo, par l'empereur Kammu, Kyoto demeure la capitale impériale jusqu'à la restauration de Meiji (1868). L'époque brillante qui s'instaure, celle de Heian (794-1185), s'accompagne d'une croissance urbaine. Des temples bouddhistes sont érigés à la périphérie de la ville.
  • Avec l'avènement de l'État féodal et du shogunat, le gouvernement se déplace à Kamakura (1185-1333). Kyoto reste la résidence impériale et le foyer de la culture japonaise.
  • À l'époque shogunale de Muromachi (1333-1573), le siège de la capitale revient à Kyoto (1338). Dans et autour de la ville, de nombreux temples de la secte Rinzai-zen sont élevés et des jardins zen aménagés.
  • Lors de la guerre civile d'Onin (1467-1477), Kyoto est dévastée. Une nouvelle classe urbaine de marchands assure sa reconstruction. Un incendie encore la détruira (1788).
  • Avec la fondation de la dynastie shogunale des Tokugawa (1603-1868), le gouvernement est établi à Edo, l'actuelle Tokyo (1603). Au coeur de Kyoto, le nouveau shogun érige le château de Nijo ainsi que des villas impériales. La ville s'affirme comme centre de pèlerinage.
  • Lors de la restauration de Meiji (1868), la cour impériale rejoint à Tokyo le siège du gouvernement; un bref retour du gouvernement à Kyoto avait précédé (1863-1868).
Mr. Daisaku Kadokawa
Mayor
Kyoto City Hall
488 Teramachi-Oike, Nakagyo-ku, Kyoto-shi
Kyoto, Japan
604-8571
Tel:
81-75-222-3111
Fax:

Email: