• Année d'inscription

    1997

  • Secteur protégé

    Ville fortifiée historique de Carcassonne

  • Fonction historique

    ville défensive.

Situation et site

Carcassonne se trouve dans le Languedoc-Roussillon, à 60 km de la Méditerranée, au pied des Pyrénées, sur une colline qui s’élève au-dessus de la vallée du fleuve Aude.

Morphologie urbaine

Carcassonne se divise en deux parties, soit la “ basse ville ” située au bord de l’Aude et la “ cité ” fortifiée. Cette dernière dispose d’un double cercle de défense qui s’étend sur 3 km. L’enceinte intérieure dotée de 26 tours, dont l’imposante Porte narbonnaise, suit en grande partie le tracé des remparts romains. La base des murailles, dont la maçonnerie date du haut Moyen Âge, est renforcée par des créneaux au XIIIe siècle, lors de la construction de l’enceinte extérieure. Les 19 tours sont ouvertes à l’intérieur pour empêcher un ennemi éventuel de s’y abriter.

De plus, un fossé protège les murailles intérieures. Le château comtal se blottit contre le mur intérieur ouest. Il dispose de ses propres enceintes et tours de défense qui servent à protéger son corps de logis. On trouve dans les remparts des éléments des murailles romaines. L’église dédiée à Saint-Nazaire et à Saint-Celse se dresse dans la partie nord du site. Une nef romane s’harmonise avec un transept gothique du XIIIe siècle. Cette basilique, désignée monument historique déjà en 1840, est en grande partie restaurée par Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc. Considérant que l’église fait partie du système de fortifications, il ajoute des éléments de défense sur la façade ouest. L’ensemble des travaux de restauration de Viollet-le-Duc sauve la ville de la disparition. Toutefois, sa reconstruction “ trop parfaite ” a toujours fait l’objet de controverses.

Critères d'inscription

La ville historique de Carcassonne est un excellent exemple de cité médiévale fortifiée dont l’énorme système défensif a été construit sur des remparts datant de la fin de l’Antiquité. Elle doit son importance exceptionnelle aux travaux de restauration entrepris pendant la deuxième moitié du XIXe siècle par Viollet-le-Duc et qui influencèrent l’évolution des principes et des pratiques de conservation. (critères ii et iv)

Repères historiques

  • Dès le VIe siècle av. J.-C., un “ oppidum ” (ville fortifiée) est établi sur une pointe rocheuse au-dessus de la vallée de l’Aude. Ce site constitue un carrefour commercial entre l’Atlantique et la Méditerranée et entre la péninsule ibérique et les autres parties de l’Europe.
  • Incluse dans l’empire romain au Ier siècle av. J.-C., la ville reçoit le titre de “ Colonia Iulia Carcaso ” en 27 av. J.-C.
  • Le cercle de fortifications est renforcé aux IVe et Ve siècles par les Wisigoths de la région du Danube, qui s’installent dans le Languedoc. Ils conservent Carcassonne jusqu’en 725, date à laquelle la ville est prise par les Sarrasins.
  • La domination sarrasine prend fin en 759 lorsque Pépin le Bref remporte la victoire sur les Maures en territoire franc et les chasse de Carcassonne.
  • Entre 1082 et 1209, sous le régime féodal des Trencavel, la ville de Carcassonne jouit d’une immense influence et s’oppose même au pape en offrant un asile aux “ hérétiques albigeois ”, les Cathares.
  • Au XIIe siècle, les sires de Trencavel entreprennent la construction du château comtal sur la partie ouest des vestiges des remparts romains. Malgré ses ouvrages défensifs, Carcassonne tombe sous la domination papale après avoir été assiégée pendant deux semaines durant la croisade du pape Innocent III en 1209. La prise de la ville marque à la fois la chute des Trencavel et la fin des Cathares.
  • Par la suite, Carcassonne est annexée au domaine royal et entourée d’enceintes extérieures qui rendent le site quasi imprenable. C’est cette apparence de forteresse médiévale de la fin du XIIIe siècle qui caractérise encore aujourd’hui le profil de Carcassonne.
  • Carcassonne, devenue un fort royal inaccessible, ne sera plus jamais prise. Même les batailles de la guerre de Cent Ans et les attaques des huguenots au XVIe siècle ne la toucheront pas. Au pied de la ville-forteresse naît un nouveau bourg appelé “ Bastide Saint-Louis ”.
  • Sous l’ancien régime et pendant la Révolution, Carcassonne constitue un véritable arsenal. Cependant, retiré de la liste des forteresses militaires en 1820, le site devient une simple carrière de pierre.
  • En 1850, la destruction de Carcassonne est presque décidée quand l’archéologue et historien Jean-Pierre Cros-Mayrevieille, soutenu par Prosper Mérimée, encourage les premières mesures de sauvegarde. Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, grand restaurateur de monuments français, prend la relève et fait de Carcassonne son “ chef-d’œuvre ” de reconstruction. Il y travaille jusqu’à sa mort en 1879. La restauration controversée est achevée en 1910. Carcassonne commence alors à attirer de nombreux visiteurs, qui sont impressionnés par son apparence fortement médiévale.
M Gérard Larrat
Maire
Mairie de Carcassonne

Carcassonne, France
Tel:

Fax:

Email:
lemaire@mairie-carcassonne.fr
Mme Geneviève Bourrel
Secrétariat du Maire
Mairie de Carcassonne

Carcassonne, France
Tel:

Fax:

Email:
genevieve.bourrel@mairie-carcassonne.fr
Mme Isabelle Chesa
1ère adjointe à l'urbanisme et au patrimoine
Mairie de Carcassonne

Carcassonne, France
Tel:

Fax:

Email:
isabelle.chesa@mairie-carcassonne.fr
Carcassonne: Cité médiévale, Porte d'Aude de nuit
Carcassonne: Cité médiévale, Porte d'Aude de nuit
Carcassonne: le Canal du Midi
Carcassonne: Place Carnot, jour de marché. Fontaine du XVIIIe s. surmontée par une statue de Neptune. (ville basse)
Carcassonne: Cité médiévale
Carcassonne: le Canal du Midi
Carcassonne: Détail de la façade de l'Hôtel de Rolland 32, rue Aimé-Ramond ville basse (XVIIIe s.)
Carcassonne: Place Carnot et sa fontaine  (ville basse)
Carcassonne: le Canal du Midi
Carcassonne: le Canal du Midi