• Année d'inscription

    1992

  • Secteur protégé

    Casbah d'Alger

  • Fonction historique

    Militaire et commerciale.

  • Statut administratif

    Capitale de l'Algérie.

Situation et site

Adossée au massif du Bouzaréah, et à proximité de la riche plaine de la Mitidja, la Casbah d'Alger est construite sur une pente abrupte (118 m de dénivellation), tournée vers la baie portuaire et la Méditerranée.

Morphologie urbaine

La Casbah (mot s'appliquant à toute la ville ancienne) occupe un espace triangulaire entre la citadelle, au sommet de la colline, et le front de mer. Un réseau serré de rues et de ruelles, étroites et tortueuses, coupées d'escaliers, compose avec le relief pentu. Il s'ouvre parfois sur des places urbaines, notamment la place Cheik Ben Badis, centre de la ville ancienne.

Dans la Casbah, les principes de l'architecture militaire turque se conjuguent aux traditions architecturales mauresques et plus largement arabo méditerranéennes. Les maisons blanches, aux toits plats surmontés de terrasses, se serrent et s'enchevêtrent tout au long de la pente. De grands monuments, souvent ornés de boiseries sculptées et de faïences, des jardins et des fontaines ponctuent ce paysage tout en contribuant à son intensité : la Grande Mosquée (XIe XIVe s.), la mosquée Sidi Abd al-Rahman (XVIIIe s.), la mosquée des Ketchaoua (XVIIIe XIXe s.) et le Dar Aziza Bent al-Bey (palais du XVIe s.) sont parmi eux.

Critères d'inscription

«La Casbah offre un exemple éminent d'un type de construction ou d'ensemble architectural illustrant une période historique significative» (IV). Elle offre aussi «un exemple éminent d'un habitat humain traditionnel représentatif d'une culture et devenu vulnérable sous l'effet de mutations irréversibles» (V).

Repères historiques

  • Un comptoir phénicien, Ikosim, précède la ville portuaire romaine, Icosium, qui sera intégrée à la Mauritanie césarienne (Ier s.).
  • À la suite de la conquête vandale (Ve s.), la Mauritanie passe sous l'autorité byzantine (VIe s.) puis sous celle des Arabes qui fondent une nouvelle ville sur les ruines de l'ancienne ville romaine (944). Jusqu'au XVe siècle, l'histoire urbaine d'Alger est liée aux luttes dynastiques du Maghreb.
  • Les frères Barberousse mettent un terme à l'occupation espagnole des îlots d'Alger, rattachés depuis lors à la côte, en s'emparant de leur forteresse, le Penon (1529). Au nom du sultan ottoman, Alger est érigée en capitale. Une citadelle et une muraille défensive sont érigées.
  • Tête de pont ottomane en Méditerranée occidentale, la ville fortifiée sera en outre un important repaire de corsaires barbaresques (XVIIe XVIIIe s.). C'est dans ce contexte, à la fois militaire et commercial, qu'elle connaît une grande prospérité économique.
  • En 1716, un important séisme dévaste une grande partie de la médina qui sera reconstruite.
  • Prise par les Français en 1830, l'ancienne ville subit des transformations considérables. Celles ci altèrent le tissu urbain dont l'essentiel avait pris forme à l'époque turque.
M. Abdelhakim Bettache
Président
Assemblée Populaire Communale d’Alger Centre
Place Émir Abdelkader
Alger, Algérie
16000
Tel:
+213.21 36.99.98
Fax:
+213.21 71.96.94
Email:
Mme Houria Bouhired
Président
Association «Sauvons la Casbah»

Casbah Alger, Algérie
Tel:
+213.21 37.19.58, 37.17.05
Fax:
+213.21 36.99.98
Email: